Section PS de Tarbes
Section PS de Tarbes

Tarbes. «Une école pour tous» pour le PS

1 commentaire Le par

 

 

Le débat sur la refondation de l’école est actuellement au Sénat et porte sur 25 mesures.

 

Un peu passé inaperçu en raison d’une actualité intense, la clarté de cette refondation préoccupe les élus locaux du Parti socialiste (PS).

 

La sénatrice Josette Durieux, ancienne enseignante, et Alain Piaser, secrétaire fédéral du PS, insistent sur une information plus précise car le débat porte sur tous les niveaux de l’éducation : préscolaire, maternelle, primaire, collèges et lycées.

«Depuis près de 15 ans, notre école fond», débute la sénatrice, «d’abord on sait que 25 % d’élèves arrivent au collège avec des manques dans les connaissances et qu’ils décrochent dès le primaire. Puis 80.000 postes ont été supprimés.»

Fonte que le nouveau gouvernement veut stopper en recrutant près de 60.000 enseignants d’ici la fin du quinquennat, en ouvrant l’accueil aux enfants de moins de 3 ans, en répondant à l’école de l’ère numérique» pour lequel la sénatrice estime avoir été pionnière en traçant «l’épine dorsale du très haut débit et mis le lien entre les 20 collèges et lycées du département».

Jean-Claude Palmade, vice-président du conseil général en charge de l’enseignement supérieur, ancien proviseur, salue l’idée de reprendre la formation des maîtres et l’accueil dès 2 ans.

Quant à l’élue du conseil général en charge des collèges, Virginie Siani-Wembou : «Les moyens financiers sont conséquents puisque les dotations informatiques seront, pour la tranche 2013-2015, de l’ordre d’un million d’euros».

Que réclame la loi ? rappelle Viviane Artigalas, conseillère régionale en charge des lycées : «Une école pour tous». Une ambition qu’il faut considérer comme «un investissement qui facilitera l’insertion professionnelle». Avec là aussi, un plan de dotation allant jusqu’à 11,5 millions d’euros d’équipement chaque année dans le premier budget de la région de 430.000 d’euros.

Afficher le commentaire

  • Ce serait merveilleux si l'école pour tous le devenait vraiment, c'est à dire qu'elle comprenne les enfants et les jeunes handicapés . Non seulement les handicapés physiques ou sensoriels,qui doivent pouvoir suivre une scolarité normale (Il faut leur en donner les moyens) mais aussi ceux qui sont atteints de déficience intellectuelle. On n'a jamais étudié cette question qui est laissée à la bonne volonté de quelques pionniers,ou à l'acharnement des familles, les autres se contentant de répéter"Ils ne peuvent rien apprendre"
    par Yvette Le Bellec le 27/07/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

En matière culturelle et médiatique, le projet de Benoît Hamon s'articule autour de 10 propositions. A commencer par une augmentation du budget consacré à la culture. Un projet sur lequel
Le par
Le 4 avril 2017, les 11 candidats à l'élection présidentielle se retrouvaient sur les plateaux de BFMTV pour un grand débat. Les "petits" candidats ont pu se faire entendre (l'intervention
Le par

Les derniers contenus multimédias