Section PS de Tarbes
Section PS de Tarbes

Scandale de la viande de cheval : Le gouvernement surmonte les obstacles et il n’a pas mis les deux pieds dans le même sabot !

0 commentaire Le par

 

Début février, l’agence britannique de sécurité alimentaire révèle la présence de viande de cheval dans la préparation de plats cuisinés, en lieu et place de viande bovine. Depuis, d’autres fabricants et distributeurs ont retiré certains produits à base de bœuf, et suspectés de contenir également de la viande chevaline.

 

Rappelons-le, consommer de la viande de cheval ne comporte aucun risque sanitaire, mais il est nécessaire de revenir sur les actions entreprises par les trois ministères concernés1. Ils ont mis en œuvre les mesures de vigilance et de sanction pour rassurer un consommateur qui regarde depuis des années avec une suspicion croissante le contenu de son assiette  et un agriculteur de plus en plus esseulé au sein de filières complexes et opaques.

 

Les origines du scandale :

 

Dès le 11 février, le gouvernement et les services concernés de la DGCCRF et de la DDCSPP mettaient en évidence deux points :

–       La nature de tromperie sur le produit vendu par la société «Spanghéro», filiale de la coopérative «Lur Berri» . Achetée en Roumanie par un intermédiaire chypriote, la viande de cheval, 3 fois moins chère à l’achat, est revendue pour du bœuf aux fabricants de plats cuisinés. Les agréments nécessaires à la société audoise ont alors été suspendus à fin d’enquête précise sans mise en péril de l’emploi des 300 salariés de Castelnaudary. Actuellement, cet agrément est toujours suspendu en ce qui concerne le négoce des produits carnés.

 

–       La nécessité impérieuse d’une réaction à l’échelle européenne et d’une révision des réglementation en matière d’étiquetage et de traçabilité des produits agro-alimentaires transformés à base de viande, à travers de ces filières agroalimentaires, qui multiplient les niveaux de sous traitance internationale. Un contrôle à grande échelle des produits cuisinés contenant de la viande a été mis en place fin février et permet de vérifier les produits à partir de 1% de viande non conforme

 

La réaction du gouvernement :

 

Dès l’annonce faite par l’agence britannique, le Ministère de l’agriculture, la DGCCRF ont reconstitué la filière et ciblé l’industriel.

Les actions menées au cours de cette crise par les Ministres Stéphane Le FOLL, Benoît HAMON et Guillaume GAROT l’ont été dans la concertation, avec les représentants des personnels de la société « Spanghéro » pris en otage dans cette affaire d’ampleur internationale et inquiets de la levée d’agréments pour fraude de leur employeur. Avec aussi les représentants des filières « élevage » en France, qui, alors que la plus grande ferme de France s’expose porte de Versailles, craignent pour leur avenir après ce nouveau scandale et dans la perspective de la PAC 2013.

 

C’est dans ce contexte que Stéphane Le FOLL a présenté le 25 février un mémorandum au Conseil des ministres européens de l’agriculture, visant à une réforme rapide (avant la fin de l’année) de l’étiquetage des produits.

B.HAMON, le 27/02, annonçait le durcissement des sanctions financières pour les fraudes de ce type.

 

La section socialiste de Tarbes se réjouit que la réaction du gouvernement dans cette crise a été immédiate et maximale, faisant la preuve du changement qui s’opère depuis le 6 mai 2012 :

–       une amélioration de l’outil réglementaire français en matière de traçabilité et non plus «laisser-faire » ;

–       un dialogue avec les acteurs de la filière « viande » ainsi que les associations de consommateurs,

–       une démarche active au niveau de l’UE

–       et plus largement, une nouvelle réflexion à venir sur la qualité et les filières agricoles.

 

 

: Ministres concernés :

– Stéphane Le FOLL :  Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt,

– Benoît HAMON :  Ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé de l’Economie sociale et solidaire et de la Consommation,

– Guillaume GAROT : Ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, chargé de l’Agroalimentaire.

: DGCCRF = Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes.

Elle exerce ses missions autour de trois actions du programme « régulation et sécurisation des échanges de biens et de services » : La régulation concurrentielle des marchés,  La protection économique des consommateurs et  La sécurité des consommateurs

 

: DDCSPP = Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (Hautes-Pyrénées)

 

4 : UE = Union Européenne

 

 

Auteur SV / Section de Tarbes

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

En matière culturelle et médiatique, le projet de Benoît Hamon s'articule autour de 10 propositions. A commencer par une augmentation du budget consacré à la culture. Un projet sur lequel
Le par
Le 4 avril 2017, les 11 candidats à l'élection présidentielle se retrouvaient sur les plateaux de BFMTV pour un grand débat. Les "petits" candidats ont pu se faire entendre (l'intervention
Le par

Les derniers contenus multimédias