Section PS de Tarbes
Section PS de Tarbes

Josette Durrieu, Jean Glavany, et Martin Malvy réagissent au décès de Pierre Mauroy.

2 commentaires Le par

Josette Durrieu, sénatrice des Hautes-Pyrénées, Jean Glavany, député et Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées, réagissent au décès de Pierre Mauroy.

 

Témoignage de Josette Durrieu
« C’est un grand socialiste qui nous quitte et une grande voix du Socialisme qui s’éteint.
Je l’ai bien connu, comme militante d’abord depuis la fondation du Parti à Épinay en 1971 et puis après… Mais nous sommes devenus amis, de vrais amis, au Sénat où la force de ses convictions et de ses propos tranchait toujours les débats d’un groupe socialiste, riche de ses diversités…
Il nous a manqué dès son départ. Il nous manquera encore.
Sa disparition m’émeut profondément.
Sa stature d’homme  des années  81 et des grandes réformes marque une histoire… elle a marqué nos esprits.
Elle restera dans nos souvenirs. »
L’hommage de Jean Glavany
« Je l’ai évidemment très bien connu comme Premier Ministre, mais aussi comme secrétaire du Parti Socialiste une dizaine d’années plus tard. C’est surtout le socialiste du nord ancré dans la classe ouvrière et dans le rassemblement des forces populaires dont je garderai le souvenir, celui d’un homme simple, chaleureux . J’écoute les propos qu’il tenait il y a quelques semaines sur la fin de vie : «  je regarde la mort comme j’ai regardé la mer pour la première fois : belle, majestueuse, qui s’impose à vous ».
C’est une page du socialisme français qui se tourne, mais le livre continue. »

La réaction de Martin Malvy 
Apprenant le décès de Pierre Mauroy, Martin Malvy, ancien ministre, président de la Région Midi-Pyrénées, a notamment déclaré : « C’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends le décès de Pierre Mauroy. Pierre était un homme chaleureux, proche des autres et d’une fidélité à ses engagements qui demeurera exemplaire.
Premier ministre courageux dans ses choix, généreux par solidarité, il restera avec François Mitterrand et Gaston Defferre l’un des pères de la décentralisation. On a trop oublié qu’en 82 et 83 Pierre Mauroy a fait passer la France de l’hypercentralisation à une organisation plus démocratique qui 30 ans après appelle une nouvelle étape qui, je l’espère, s’inspirera du message qu’il nous laisse ».

 

Michèle Pham, Secrétaire de la section socialiste de Tarbes

« La section socialiste de Tarbes tient à rendre hommage à Pierre MAUROY. Ce militant convaincu du socialisme et de l’éducation populaire, est toujours resté fidèle à ses origines ouvrières et au socialisme. Fils de la République il a travaillé pour arriver aux plus hautes responsabilités. Homme exceptionnel il s’est dévoué et consacré à sa ville de Lille et à sa région Nord-Pas-de-Calais. Pierre Mauroy a toujours servi la France. Il a su se projeter dans l’avenir. Il a été l’auteur de grandes réformes tant sur le plan social, que sociétal dont la décentralisation, le choix de l’Europe en 1983… La stature qui était la sienne l’a conduit à devenir un grand homme d’Etat avec un destin national et international. Il aété un artisan essentiel de l’union de la gauche. Tous ceux qui l’ont rencontré sont unanimes pour dire qu’il a suscité l’estime et la reconnaissance de tous. Nous lui serons à jamais reconnaissants de son combat pour la justice sociale ! C’est un grand homme qu’on n’oubliera pas ! La section socialiste de Tarbes se joint à la peine qu’éprouvent ses proches, ses parents et amis. A Madame Pierre Mauroy et à toute sa famille, nous adressons nos plus sincères condoléances. »

 

Article La Semaine des Pyrénées du 8/6/2013

Afficher les 2 commentaires

  • Merci pour ton message Claude. Un registre de Condoléances est ouvert à la FEDE des Hautes-Pyrénées, les lundis et mardis (HB), pour témoigner comme tu le fais de notre reconnaissance pour son action afin d'améliorer nos conditions de vie, notre quotidien et construire une société plus égalitaire et épanouissante pour tous.
    par Section PS de Tarbes le 20/06/2013

  • Bien sur la disparition de Pierre Mauroy m'émeut comme pour tous ceux d'entre nous, militant du quotidien, qui ont salué sa nomination comme Premier Ministre. Quelle stature au propre et au figuré. L'un des nôtres était à sa juste place. Pierre Mauroy est de celles et ceux qui sont arrivés au pouvoir en 1981 à partir de leur militantisme dans le monde associatif, l'Education Populaire. Son départ nous rappelle que le combat continue pour estimer que la vie associative, l'Education Populaire sont des antichambres des luttes pour les progrès de demain.
    par Brette Claude le 19/06/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

En matière culturelle et médiatique, le projet de Benoît Hamon s'articule autour de 10 propositions. A commencer par une augmentation du budget consacré à la culture. Un projet sur lequel
Le par
Le 4 avril 2017, les 11 candidats à l'élection présidentielle se retrouvaient sur les plateaux de BFMTV pour un grand débat. Les "petits" candidats ont pu se faire entendre (l'intervention
Le par

Les derniers contenus multimédias