Section PS de Tarbes
Section PS de Tarbes

Archives section : Non au scandale de la centrale à béton

0 commentaire Le par

 

 

 

 

 

 

Sans aucun respect pour les riverains de la rue François Marques et du Chemin Cognac, le Maire de Tarbes et Le Groupe Daniel tentent un coup de force en implantant une centrale à béton. Jamais les riverains n’ont été informés, ni concertés devant un tel projet.

 

Face à la réaction légitime des habitants, Gérard Trémège a été contraint d’organiser une réunion d’explications le 8 avril dernier avec les porteurs du projet. A cette occasion, les riverains ont appris, avec stupeur qu’il y aurait à terme également une installation de granulats.

En implantant seulement une centrale à béton dans un premier temps, le promoteur échappe à toutes les démarches administratives contraignantes (étude d’impact, autorisation préalable) du fait de sa petite surface.

Une fois le projet lancé, il sera donc plus difficile de lutter contre les extensions ultérieures. Les habitants du quartiers devront donc subir de nombreux désagréments: passage important de camions, bruit, poussière.

Les voies d’accès ne permettent pas le passage de camions en toute sécurité. En effet coincé par la voie ferrée, les habitations, la rocade, 2 routes étroites déjà interdites aux camions de plus de 3,5 T, ces voies pourront difficilement être réaménagées pour subir un important flux de camions

Trémège prétend qu’il a pris des dispositions pour que les camions ne circulent pas dans l’axe rue François-Marquès-chemin d’Ibos et aurait prévenu l’entreprise que l’accès à la route de Pau est bloqué.

Chaque jour, les infractions aux réglementions de circulation sont nombreuses dans ce quartier, comme en témoignent les riverains et comme le prouve le reportage de France 3 Sud.

Sachant également que ce sont les seuls axes d’accès, où vont-ils donc passer?Monsieur Trémège ne se rend pas compte que ses explications sont incohérentes.

Ce dernier, arrogant comme à chaque fois qu’on ose s’opposer à lui,  a déclaré aux habitants « qu’on ne peut pas, d’un côté, accepter d’installer des entreprises créatrices d’emplois et, d’un autre côté, refuser la circulation des camions. « .

Il est important de savoir que le projet actuel n’est que le simple transfert du site d’Odos qu’occupe le Groupe Daniel. Le groupe Daniel se serait vu refuser un terrain sur le Parc des Pyrénées par le maire UMP de Tarbes et Président de la Communauté d’agglomération alors que  ce dernier prétend le contraire dans les médias!  Qui ment dans cette bataille de communication?

Une centrale à béton n’est pas une simple installation sans nuisances. Les Tarbais pourront se rendre compte par leur propre yeux en regardant les nuisances occasionnés par celle située en face du lycée Lautréamont (poussière, problème de circulation, voie abimée).

Au cours de cette réunion, la pollution de l’Echez a été évoquée par un représentant de la société de pêche mais aucune réponse n’a été apportée, ce qui témoigne du manque de considération du maire pour la question environnementale.

Rappelons enfin qu’à proximité de cette future centrale de béton se trouve le parc et l’aire de jeux de l’Echez, la crêche parentale Gribouille, les jardins sociaux qui vont subir de plein fouet les nuisances de l’entreprise.

 

La section socialiste de Tarbes condamne fortement cette implantation décidée sans aucune concertation et qui va occasionner de nombreux désagréments. D’autres solutions sont possibles et nous demandons au maire de prendre ses responsabilités et d’envisager une alternative plus soucieuse de l’environnement.

 

 

 

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

En matière culturelle et médiatique, le projet de Benoît Hamon s'articule autour de 10 propositions. A commencer par une augmentation du budget consacré à la culture. Un projet sur lequel
Le par
Le 4 avril 2017, les 11 candidats à l'élection présidentielle se retrouvaient sur les plateaux de BFMTV pour un grand débat. Les "petits" candidats ont pu se faire entendre (l'intervention
Le par

Les derniers contenus multimédias